L’Union Nationale pour l’Indépendance au service de son pays

 

L'UNI est le nom donné aux listes électorales présentées pour la première fois par le PALIKA  aux élections provinciales de 1995. Politiquement, il s’agit d’une démarche initiée pour fédérer au-delà des frontières du camp indépendantiste, tous les calédoniens, autour de la démarche de décolonisation du pays et de construction d’un avenir commun dans un pays politiquement émancipé de la tutelle coloniale de la France.

Cette démarche a été promue par le PALIKA et partagée avec d’autres partis indépendantistes comme le Rassemblement Démocratique Océanien en 2002, l’UCR dans les Iles en 2009 et l’UPM depuis 2014. UNI a participé aux élections législatives de 2002 avec le RDO et de 2017 avec le RDO et l’UPM.

Depuis, la place de l’UNI s’est beaucoup consolidée dans le paysage politique et institutionnel calédonien. Depuis 1999, UNI dirige la province Nord sous la présidence de Paul NEAOUTYINE. Depuis 2014, elle est représentée en province des Iles notamment dans l’exécutif avec Charles WASHETINE au poste de 1er Vice-Président et deux élus de la mouvance UNI siègent au groupe Front Indépendantiste Progressiste parmi les 7 élus indépendantistes de la province Sud. UNI est aussi présente dans beaucoup de conseils municipaux du pays.

UNI possède un groupe de 9 élus au congrès de KNC. Deux « ministres » siègent au sein du gouvernement collégial de KNC au nom d’UNI.

UNI compte dans ses rangs des élus sans étiquette dont 2 à l’exécutif de la province nord.

U.N.I. au sein des institutions de la Nouvelle-Calédonie

A l’issue des dernières élections provinciales de 2014, l’Union nationale pour l’indépendance  s’est affirmée au sein des trois provinces, puis au sein du Congrès de la Nouvelle-Calédonie et même du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

U.N.I. au sein des assemblées de provinces 

A l’instar des deux autres provinces, l’U.N.I. est représentée en province Nord depuis sa création.

  • En province Nord :

  •  

 

Cela fait maintenant 18 ans que les électeurs des communes du Nord réaffirment leur confiance aux listes présentées par l’UNI  aux élections provinciales  et accordent leur confiance à ses élu(e)s pour diriger l’institution provinciale, notamment la présidence de l’Exécutif provincial assurée aujourd’hui par Paul NEAOUTYINE.

L’UNI dispose d’un groupe politique de  9 membres au sein de l’Assemblée de la province Nord dont le chef Nadia HEO..

 

 

Si aux élections provinciales de 2009 l’UNI était uniquement représentée par des militants du PALIKA, sa représentation depuis les provinciales de 2014 s’est diversifiée avec notamment Victor TUTUGORO et Monique POITCHILY deux élus issus de l’UPM et 2  élus non-indépendantistes issus d’aucun parti politique, Yannick SLAMET et Nadeige FAIVRE.

  • En province Sud :

Dans la province Sud, l’UNI compte 2 membres, Louis MAPOU et Ithupane TIEOUE, élus sur la liste du Front Indépendantiste et Progressiste (FIP) proposée par le FLNKS..

Sur cette liste qui a obtenu 7 sièges au sein de l’assemblée de la province Sud, ces deux élus siègent également au Congrès de la Nouvelle-Calédonie et sont affiliés au groupe UNI.

  • En province des îles loyautés :

Dans la province des Iles Loyauté, l’UNI compte également 2 élus à l’assemblée de province, Christiane HONEME et Charles WASHETINE, élus sur la liste PALIKA Iles. 

Charles WASHETINE assume les fonctions de 1er vice-président de la province des Iles Loyautés et siège au Congrès de la Nouvelle-Calédonie.

Au Congrès de la Nouvelle-Calédonie :

Au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, l’UNI compte au total 9 élus et forme un groupe politique  dont le chef est Louis MAPOU.

Ce groupe est composé de 6 élus issus de l’Assemblée de la Province Nord, 2 élus  issus de l’Assemblée de la province Sud et 1 élu issu de la province des Iles Loyauté.

 

 

Au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie :

Au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, l’UNI est représentée par 2 ministres : Mmes Dewe GORODEY et Valentine EURISOUKE

 

 

 

 

 

U.N.I. au sein des communes de la Nouvelle-Calédonie

 En 2014, les maires élus issus des deux principaux partis permettent de relayer le rayonnement de l’UNI dans pas moins de huit communes sur les seize remportées par le FLNKS :

  • En province Sud :

    • A Yaté, Adolphe DIGOUE a été élu sur la liste FLNKS-UNI-PALIKA.
  • En province Nord :

    • A Poindimié, Paul NEAOUTYINE a été réélu sur la liste FLNKS-UNI- PALIKA
    • A Voh, Guigui DOUNEHOTE a été réélu sur la liste FLNKS-UNI- PALIKA
    • A Koné, Joseph GOROMIDO a été réélu sur la liste FLNKS-UNI- PALIKA
    • A Ouégoa, Jacques WAHIO a été élu sur la liste FLNKS- PALIKA
    • Aux îles Bélep, Jean-Baptiste MOILOU a été élu sur la liste FLNKS-UNI- UPM
    • A Touho, Alphonse POININE a été réélu sur la liste FLNKS-UNI-PALIKA
  • En province des îles Loyauté :

    • A Ouvéa, Boniface OUNOU a été élu sur la liste FLNKS- PALIKA

L’UNI est représentée sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie, tant sur la Grande Terre qu’aux Iles Loyautés.

U.N.I. présente aux élections législatives de juin 2017

L’UNI a participé activement aux élections législatives de 2017. Charles WASHETINE et Rolande TROLUE ont mené bataille dans la 1ère circonscription et Louis MAPOU et Jean CREUGNET dans la seconde circonscription. Si les candidats UNI n’ont pu passer le cap du 1er tour dans la 1ère circonscription, UNI a été présente au 2e tour dans la deuxième circonscription. Ces élections ont démontré que malgré un fort taux d’abstention et la non-participation de certains partis indépendantistes, l’UNI n’était pas passé loin de la victoire dans la 2ème circonscription et a réellement  mis en danger la réélection du député-sortant Philippe Gomes.

Hormis l’abstention qui reste un phénomène préoccupant, P. Gomes a en effet emporté l’élection avec seulement 5144 voix d’avance, au prix d’une bataille médiatique et politique très intense. Il aura fallu, le soutien de N. SARKOZY et de M. LEPEN, la conclusion d’un accord électoral entre les deux tours avec les partis loyalistes et une campagne arrogante et méprisante contre les indépendantistes pour y parvenir.

Ces élections législatives marquent un tournant avant le référendum de novembre 2018 sur l’accession à la pleine souveraineté. Elles révèlent une grosse attente du pays sur l’avenir institutionnel et montre que les esprits sont matures. L’accès du pays à l’indépendance  a été au cœur du débat politique. Il est considérée de plus en plus comme inéluctable même si il est encore mal appréhendé.

U.N.I. présente aux élections sénatoriales de septembre 2017

Une fois de plus, les élections sénatoriales 2017 ont été pour nous, les indépendantistes et les progressistes, une opportunité de défendre le projet d'accession de Kanaky Nouvelle-Calédonie à sa pleine souveraineté. Une fois de plus, nous disons que l’indépendance de Nouvelle-Calédonie n’est plus une utopie mais une juste réalité prouvée par un ensemble d’acquis pour lesquels les indépendantistes y ont beaucoup contribué.

Les résultats du scrutin de dimanche 24 septembre 2017 ont porté les 2 candidats de la plateforme, G. POADJA et P. FROGIER au palais du Luxembourg. Pour autant, ces résultats démontrent que "notre message est entendu, même si les candidats UNI ne font pas le plein des grands électeurs indépendantistes, ils rassemblent 40 voix de plus que le potentiel propre des grands électeurs UNI.

Pour Emile NECHERO, candidat UNI "le travail qui  attend reste colossal pour préparer la consultation référendaire, aussi chacun doit poursuivre la mobilisation où qu'il soit pour la sensibilisation,  la conscientisation et l'adhésion de nos populations à notre projet de société"

 Maintenant que la plate forme loyaliste a démontré sa main mise sur les hautes institutions du pays et au parlement français, le pays attend de voir qu'est ce qu'elle propose comme alternative politique durable pour Kanaky Nouvelle Calédonie en dehors du maintien au sein de la république française, signe de statut quo.

U.N.I. dans les discussions sur la sortie de l’Accord de Nouméa

C’est une dimension supplémentaire de l’UNI qui traduit son poids politique actuel et historique sur l’échiquier calédonien.

L’UNI participe régulièrement aux réunions annuelles du Comité des signataires, instance de suivi de l’application de l’Accord de Nouméa. Sa représentation à cette instance est assurée par Victor TUTUGORO ET Paul NEAOUTYINE signataires de l’Accord de Nouméa et par Louis MAPOU chef du groupe UNI  au congrès de la Nouvelle-Calédonie. L’UNI est ainsi impliquée depuis le Comité des signataires de juin 2010  dans la définition de la démarche politique et la méthode  pour préparer les discussions politiques sur la sortie de l’Accord de Nouméa et dans les travaux de réflexion et d’étude définis dans ce cadre par le Comité des signataires, avec l’appui d’experts nommés par l’Etat.